samedi 29 mars 2014




Il parait que c'est la fête de l'Internet en ce moment. Je dois bien avouer que je dois être un bien piètre geek, car si Sophie Boudarel n'en avait pas parlé, je n'en aurais rien su.

Et pour célébrer cet événement, les blogueurs sont invités à répondre à deux sujets.


Pourquoi avoir ouvert mon blog ?


Je vais le dire franchement, ce n'est pas la question qui m'emballe le plus sur ce billet. Pour une raison toute simple, mon blog n'a que quelques mois. Et sur la vingtaine d'articles rédigés, ce sujet a déjà été abordé.
J'en avais d'ailleurs déjà parlé dans mon tout premier article: Naissance d'un blog

L'intérêt pour moi dans ce blog est à deux niveaux. Sans aucune prétention littéraire ou historique.

Je cherche en premier lieu à mettre un peu de "chair" sur mes ancêtres. Après quelques années à avoir aligné des dates dans mon arbre, je passe à présent à la seconde étape de ma généalogie: diversifier les sources d'information.
Après avoir "localisé" mes ancêtres dans le temps, je vais maintenant m'attacher à les replacer dans leur contexte historique. Et j'espère, par quelques billets, présenter certains de mes ancêtres qui peuvent, d'une manière ou d'une autre, sortir de mon ordinaire généalogique.

Second point, la technologie. Très intéressé par les NTIC (Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication), je publie de temps à autre des articles sur une application ou une fonctionnalité de mon logiciel de généalogie préféré.

Un blog à mettre en avant


J'ai eu peur qu'en m'y mettant assez tard, le blog auquel j'avais pensé dès le départ ne soit cité. Ce qui n'aurait pas été un drame en soi, je pense qu'il vaut bien plusieurs mentions. A priori, ce n'est pas le cas, même si je n'ai pas la prétention d'avoir forcément lu tous les billets sur La Fête 2014.

J'aurais pu parler de la Gazette des Ancêtres, puisque Sophie est la grande Papesse de la blogosphère généalogique et par là, elle m'a poussé plus ou moins directement à me lancer dans l'aventure des généablogueurs. Mais il faut reconnaitre que cela aurait un choix un peu facile.

Autre blog que j'aurais aimé mettre à l'honneur, c'est celui de Lulu la Sorcière. Quelle plaisir de la voir jouer ainsi avec les mots. Nous sommes nombreux à lui envier sa plume.

Mais je reste finalement sur mon idée première, à savoir le choix de l'un des premiers blogs que j'ai parcouru. Vous avez déjà déviné, puisque j'ai repris son avatar en illustration:

Papiers et Poussieres de Jordi Navarro.

Je regrette bien sur que le blog soit aujourd'hui en sommeil, mais j'imagine que le changement professionnel et son implication dans la promotion de l'ouverture des archives doivent phagocyter une bonne partie de son temps.

J'ai pu découvrir, à la lecture de ses articles, de nombreux concepts: l'Open Data, les biens communs, les "enclosures"...

Son blog m'a également interpellé car lors de ma découverte de la généalogie en 2008, j'avais l'impression d'être entouré de retraités, certes tous plus sympathiques les uns que les autres, toujours prêts à rendre service, mais avec qui je me sentais parfois en décalage par mon propre rythme de recherche limité. Notamment dans les quelques salons que je pouvais suivre.
Cela m'a donc fait plaisir de voir le blog d'un "jeune" (même si je dois lui rendre quelques années) passionné par l'histoire et l'Histoire.

Enfin, je me souviens de l'article de la RFG consacré à sa famille partie d'Espagne. C'est à cette occasion que j'ai eu l'envie d'en savoir un peu plus sur mon grand-père maternel (dont je ne désespère pas trouver le livret de sa carrière militaire). Il y a donc aussi un peu de Jordi dans l'envie d'ouvrir mon blog.

A défaut du blog, je suis donc son actualité sur Google Plus  +Jordi Navarro ou sur Twitter @jordi78.

Et si vous ne connaissez pas son blog, allez consulter ses articles, chacun d'eux mérite une lecture approfondie.


Categories: ,

2 commentaires:

  1. Salut et merci beaucoup ! Ça me va droit au coeur.
    Je regrette aussi mon silence bloguesque de ces derniers mois, mais comme tu le suppose le temps me manque.
    Mais comme dirait l'autre, on a vu souvent rejaillir le feu d'un ancien volcan qu'on croyait trop vieux.
    Je n'ai donc qu'un conseil : stay tuned !

    RépondreSupprimer
  2. Pas d'inquiétude, je connais cela. Tempus fugit.

    Et pas d'inquiétude, on reste connecté.

    RépondreSupprimer

Subscribe to RSS Feed Follow me on Twitter!