jeudi 31 décembre 2015



Voila 3 ans que ce blog existe, voici donc le moment classique du bilan de fin d'année.

Je m'étais fixé 3 objectifs principaux :

  • La très classique progression dans mon arbre
  • L'étude de certains actes notariés en ma possession
  • Une visite au SHD pour préparer le Challenge AZ 2015

Commençons par la douloureuse, la visite au SHD. Qui n'a pas eu lieu. C'était normalement le point de départ de mon Challenger AZ, auquel, faute de temps, je n'ai finalement pas participé. Et au vu de l'agenda de mon premier semestre (et celui de mon épouse), je pense pouvoir dire dès à présent que je ne participerais pas à l'édition 2016.

Pour l'étude des actes notariés, je suis assez content. En effet, au mois de Juillet dernier, j'ai rédigé trois articles autour d'un compte-rendu de procès suite à une altercation plutôt violente. Document de 1664 que j'ai pu transcrire à 85-90%, ce dont je suis assez fier. Et merci encore à Sophie PUGIN pour les 15% (les plus durs) restant.

Si vous avez raté ces articles, retrouvez le préludeles acteurs, et enfin les réjouissances elles-mêmes.
Un document de 350 ans, où l'on retrouve trois de ses sosas dans les protagonistes, je ne pense pas en retrouver un de sitôt !

Pour ce qui est de l'avancement de ma propre généalogie, le résultat est globalement positif.
Sur le plan purement comptable, le nombre de sosas dans mon fichier est passé de 3 128 à 3 265. Mais écrire cela revient à ne pas dire grand chose.

Jetons plutôt un coup d’œil au tableau ci-dessous :

Tableau d'ascendance de mes deux garçons

J'ai modifié en rouge les générations où ont eu lieu des ajouts durant cette année. Très clairement, ce sont les générations 10 à 15 qui ont évolué.

Et pour expliquer ce fait, je pense que l'objectif G10, que j'ai lancé cet été, m'a grandement aidé. Car lorsqu'un point de blocage est traité en génération 10, il n'est pas rare de progresser quelques générations plus loin dans le temps.

Je vais poursuivre cet objectif l'an prochain, mais les derniers à trouver en génération 10 sont forcément les plus difficiles.


Comme chaque année, mon année généalogique a été complétée par les nombreux tests pour le logiciel Heredis.
Et comme tout cela ne suffisait pas, je me suis lancé également dans l'aventure Un Jour, Un Poilu. Vous pouvez suivre le très modeste avancement sur le bandeau droit du blog.

Pour 2016, je vais être plus mesuré dans mes objectifs.

Bien sur la progression de mon arbre. J'ai encore de très nombreux indices, tant sur Geneanet que sur Heredis Online à traiter. Nul doute que je vais encore trouver de très nombreux Sosa pour garnir mon arbre.

Je vais poursuivre le traitement de certains actes notariés en attente. Le temps de traitement est plus long (transcription oblige), mais quel plaisir de rentrer bien plus loin dans la vie de nos ancêtres que le traitement des classiques registres paroissiaux.
Il me donne de plus de la matière pour la rédaction d'articles pour le blog.

En fil rouge bien sur, je retrouverais le défi 1J1P, ainsi que les tests Heredis. Je compte bien également apporter mon aide sur l'indexation de documents mis en place dans la bibliothèque numérique du Cercle Généalogique et Historique du Poher.

Et j'oubliais que je suivrais probablement l'atelier de paléographie en niveau 2.

A y réfléchir, cela sera aussi chargé que cette année. Mais quand on aime, on ne compte pas.




samedi 26 décembre 2015


Cette année a été particulièrement douloureuse pour le peuple de France puisque cela faisait 70 ans qu'un ennemi déclaré n'avait pas frappé sur notre sol.

Et je me suis fait un drôle de constat, alors que nous abordons les derniers jours de l'année.


2015 a donc démarré dans le sang. Celui des victimes de Charlie Hebdo, de Montrouge et de l'Hyper Cacher. Et moi, comme des millions d'autres, je suis devenu Charlie.
L'émotion a envahi le monde.

Puis, doucement, la vie, comme il est d'usage, a repris son cours. Avec son lot de joie et de peine.

Et la fin d'année a commencé à pointer le bout de son nez. Un mois de novembre bien doux (ah le réchauffement climatique !). Des gens qui sortent sur les terrasses, vont aux spectacles, ou voir un match de foot.

Et alors, à nouveau, l'horreur.
Et comme des millions de français et des centaines de millions de personnes dans le monde, je suis alors devenu Paris.
Cité plusieurs fois millénaires, où j'ai vu le jour il y a 42 ans.

Mais avec toutefois une drôle de sensation, celle que Charlie était curieusement déjà loin. Je m'explique.
Nous vivons dans un monde d'images, diffusées 24/24 - 7/7. Un monde où une information chasse l'autre à la vitesse d'Internet (sûrement plus rapide que l'éclair, même si physiquement, ce n'est pas le cas).
Un monde où mes garçons ne savent plus s'ennuyer car nous devons toujours être en mouvement, dans l'action. A regarder le futur.

Un monde bien étrange donc pour des individus comme nous, les généalogistes, qui passent la majeure partie de leur temps libre à parcourir de vieux registres, à l'écriture passée et parfois illisibles, pour trouver des informations sur des personnes inconnues et disparues il y a des siècles.
Ou à transcrire quasi religieusement les fiches de nos soldats morts pour la France il y a un siècle.

Tout cela part pourtant du même processus. Notre besoin atavique de Mémoire. L'Homme (celui avec un grand H) "domine" aujourd'hui le monde car il a justement la capacité à se souvenir. Et quand cette première condition est remplie, à ne pas reproduire les erreurs du passé. 

Alors continuons ce devoir de mémoire.
....
....
....
....
Au fait, ce soir, je sors en famille à Paris. Un spectacle d'humour et de magie. Rire et rêver, quel beau programme pour une soirée à Paris en 2015 - @eric_antoine

Mais aussi se souvenir. Toujours. Ne l'oublions pas.


Subscribe to RSS Feed Follow me on Twitter!