Pages - Menu

samedi 5 octobre 2013

Une photo ? Non, un livre

Le généathème de ce mois, "En Octobre, les photos se racontent", proposé par Sophie BOUDAREL, m'a posé un problème.

Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. L'idée de ressortir de vieilles photos et les faire parler est excellente. Car nos photos racontent des histoires qui  font écho avec la notre, ravivent des souvenirs...

Mais je dois reconnaitre que les photos sont une source que j'ai très peu exploité pour le moment. Et c'est assez logique: j'en ai très peu à disposition. Pour les raisons qu'exposent d'ailleurs Benoît PETIT sur son blog.

Alors j'ai décidé de contourner le problème. Et vous présenter un objet ancien, qui a été restauré.

Et comme vous avez déjà lu le titre de cet article, vous savez déjà de quel objet il s'agit.
Un livre nommé Chez les Moines Rouges de Pont-Melvez d'Arthur BOURGES.

Dans ce cas, la question que vous allez me poser, c'est "Pourquoi CE livre ?"

Ma famille maternelle est originaire de Pont-Melvez, petite commune bretonne des Côtes d'Armor qui a appartenu du 12ème siècle à la Révolution, tout d'abord à l'Ordre des Templiers, puis aux Hospitaliers de Jérusalem (d'où les Moines Rouges).

Ce livre a été rédigé par Arthur BOURGES et publié en 1951 par les Presses Bretonnes. Mr BOURGES fut directeur de l'école de Coat-Guegan en Pont-Melvez.

C'est à ce titre qu'il rédigea ce livre, réédité en 2007 grâce au travail de Roland JOURDEN et Jean-Paul ROLLAND car il était, je les cite "Introuvable, ou considéré comme un "trésor" dont on ne voulait pas se séparer".

Sur la photo ci-dessous, vous voyez sur la droite la réédition de 2007. Sur la gauche, une version originale qui m'a été offert par ma tante, lorsqu'elle a su que je me lançais dans la généalogie et l'histoire familiale. Elle savait qu'il serait bien conservé.


Chez les Moines Rouges de Pont-Melvez - Original et Réédition


Et avant de me parvenir, le livre a fait un tour chez le relieur pour une cure de jouvence. Cuir et nom en écriture doré sur la tranche. Accompagné d'un mot manuscrit de ma tante que je conserve bien précieusement.


La réédition me sert pour les annotations (on distingue les post-it jaunes) et mes recherches.

J'affectionne donc ce livre à deux titres: Pour son contenu bien entendu, puisque j'y croise quelques noms présents dans mon arbre, mais surtout parce qu'il m'a été offert par ma tante. Qui le tenait elle-même de Mme GOAZ, une voisine de ma grand-mère, dont je me souviens bien, puisque lorsque ma mère allait chercher du beurre chez elle, nous repartions, mon frère et moi, avec une tablette de chocolat.
Un petit livre qui fleure bon le cuir et porte en lui une certaine charge émotionnelle.

Comme le généathème porte sur les photos, j'ajoute tout de même une photo du commerce (aujourd'hui devenue habitation) de Coat-Guegan en Pont-Melvez, que tinrent au début du 20ème siècle mes arrière-grands-parents Jean-Marie LE BINIGUER et Marie-Catherine THORAVAL de leur retour de Paris.
Cette photo a été prise il y a deux ans (avec l'accord des propriétaires) par ma tante avec qui nous faisions un petit retour aux sources.

 
 
 
Qu'est ce qui a amené mes arrière-grands-parents à tenir un commerce alors qu'ils étaient fils et fille de gens de terre depuis des générations ? Réponse dans un prochain billet en cours de rédaction.
 
 
 
Note: Arthur BOURGES est également l'auteur d'un ouvrage nommé "Les Doléances des paysans bretons en 1789", rédigé en 1953 et également réédité (en 2008) par l'Association d'Histoire et d'Archéologie de la Région de Bourbriac.
J'en tiens les coordonnées à disposition de ceux qui le souhaitent.

7 commentaires:

  1. On a le même sous-main :)
    Bonne idée de sortir un livre transmis de génération en génération !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon épouse me l'a trouvé. Je vois que l'on aime tous les deux les vieilles cartes.

      Supprimer
  2. J'ai également un livre de famille sur l'histoire Lorraine et qui me tiens à cœur
    C'est bien que tu partages aussi l'intérêt d'un autre héritage de famille tel que le livre
    Et surtout merci pour la mention de mon blog
    J'avais écrit cet article en réaction face à certains comportements entraînant parfois mon incompréhension ou mon contentement.
    Je pense que les photos ne doivent pas faire l'objet d'un monopole de détention tout ça parce qu'ils étaient dans le meuble de famille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te rejoins parfaitement sur ce sujet des photos. Comme sur certains documents. A ce jour, je ne sais pas qui a le livret militaire de mon grand-père. Tout le monde se renvoie la balle pour savoir qui l'a.

      Alors que je ne demande pas à l'avoir, juste pouvoir le numériser afin d'en garder une trace et que tout le monde en profite.

      Supprimer
  3. c'est a vendre si vous voulez

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas sur que ma petite famille souhaite quitter la banlieue parisienne pour Pont-Melvez. Mais merci pour l'info.

      Supprimer
  4. par contre j'adore votre édition originale du livre d'Arthur bourgès.... un cousin germain de mon arrière grand père...

    RépondreSupprimer