mercredi 2 octobre 2013

Comment une question naive peut changer une généalogie

En préambule à ce billet, je tiens à préciser qu'il ne se veut surtout pas un coup de gueule vis-à-vis des copies malheureuses entre généalogies en ligne, que ce soit sur Geneanet ou autre.
Mon propre arbre s'est aussi construit grâce au travail des autres, et nul doute que parmi ces milliers d'ancêtres et d'événements, des coquilles (de mon fait ou non) ont certainement dû se glisser.


Ceci étant dit, retour sur ma généalogie et un couple qui me tient particulièrement à cœur. Olivier RANNOU et Catherine THOMIN, qui se sont unis le 10 Septembre 1676 à Bourbriac (22).

Parmi leurs 8 enfants, deux se distinguent particulièrement: Jean, né en 1680 et Sylvestre, né en 1687.
Jean, de par son union avec Catherine STEUNOU est un de mes ancêtres, par ma mère.
Sylvestre, de par son union avec Marguerite LORANS, est un des ancêtres de mon épouse, par sa mère.

Mon épouse est donc ma cousine à la 11ème génération ! Heureusement, les gênes ont eu le temps de se brasser.

Les outils du CG22, comme les arbres en ligne sur Geneanet, me donnaient tous:
- Parents de Catherine THOMIN: François et Marie LE MOAL
- Grands-Parents paternels: Gabriel THOMIN et Renée LE ROY

Comme je l'ai expliqué dans mon précédent billet, je convertis toutes les informations trouvées grâce à l'outil Corail-Net par les actes proprement dits trouvés dans les AD22.
Et comme je l'ai également précisé, la paléographie n'est pas mon point fort. J


Je pars donc dans la salle virtuelle des AD22 à la recherche du mariage de Gabriel THOMIN et Renée LE ROY donné en 1642.


Mariage Gabriel THOMIN - Renée LE ROY - Crédit: AD22

N'arrivant pas à lire correctement le patronyme de la mère de Renée, je fais donc appel aux colistiers de la liste Yahoo du CG22.

Les premiers échanges qui suivent amènent rapidement à la conclusion que le Gabriel de l'acte serait plutôt un Gabriel CHOUIN et non THOMIN, relançant ainsi l'ascendance directe de François et donc de Catherine THOMIN que l'on retrouvait de manière commune en ligne.

Des dizaines d'arbres sont concernés. Et c'est là que la communauté entre en scène. Echanges sur la liste, par mail...

La solution sur l'ascendance est finalement trouvée par Jérôme CAOUEN, membre du CA du CGH Poher, avec trois  aveux de 1641 et 1673 sur la famille THOMIN, redonnant ainsi un frère pour François THOMIN, et des parents, Maudez THOMIN et Marie MARTIN.

Et cela trois jours seulement après que la question fut posée.

Je suis à la fois heureux de cette trouvaille faite il y a 2 ans, mais c'est également une source d'inquiétude.
Heureux, car je me rends compte qu'une simple question posée sur un forum a très vite entrainé de nombreux échanges entre passionnés, amenant en quelques jours aux bonnes réponses.
Egalement inquiet car ma propre généalogie comporte assurément le même type d'erreur. Qui se sont peut-être multiplié chez d'autres généalogistes.

Etant d'un naturel optimiste, je préfère me dire qu'il faut avoir confiance en l'avenir des associations de généalogistes (quelque soit leur forme) pour que l'entraide perdure et permettre de résoudre nos petits blocages récurrents.


Crédit : Joseph TRIBULAT via Flickr - CC 

PS: Et si jamais vous avez aussi ce couple dans votre généalogie, pensez à le mettre à jour. Et prenez contact avec moi.

4 commentaires:

  1. J'ai quasiment le même souci avec des sosas (14e génération) dont la totalité des arbres sur Généanet (une 30e) donnent des Parents qui ne sont pas les bons.
    j'en suis certain car il aurait des enfants avec sa première femme alors qu'il est remarié depuis plus d'un an.
    Je cherche la naissance de leur fils, mais pour le moment, je sèche, n'ayant du coup, plus de repère.

    RépondreSupprimer
  2. Pas évident non plus de prévenir une trentaine de personnes, surtout si ceux-ci ne maintiennent plus leurs arbres.
    C'est pour cela que je privilégie aussi la "fraicheur" d'un arbre. Si je vois que la personne n'a pas mis son arbre à jour depuis des années, je regarde plutôt celui mis à jour il y a une semaine.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,
    il est certain que ce n'est pas THONIN qui est écrit, mais bien CHOUIN. On retrouve d'ailleurs ce couple et sa descendance sur Geneanet. La paléographie est un élément essentiel de l'avenir de la généalogie. Il y a les erreurs de transcription, comme par exemple celle de l'acte présenté dans l'article http://gw.geneanet.org/nicoquem?lang=fr;pz=nico;nz=quemener;ocz=0;p=gabriel;n=chouin
    Thonin au lieu de Chouin (quoique corrigé sur l'individu), Renaulde au lieu de Rouaulde, Chovele au lieu de Chevelle, ... Et bien souvent, ne pouvant lire, on passe à côté de détails très importants.
    La généralisation des archives en ligne permettant d'accéder assez rapidement à des périodes anciennes, je vous rejoins sur le fait de devoir entretenir le tissu d'entraide cultivé le plus souvent par les associations mais aussi via les listes de discussion indépendantes et les divers réseaux.
    Et je ne ferai pas ici l'apologie de l'arbre collaboratif quand on parle de redondance, d'erreurs contaminantes et persistantes, et d'arbres ... plus ou moins "frais" ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai hésité à parler de l'arbre universel dans ce billet, mais cela fera peut-être l'objet d'un futur sujet.

      Merci pour votre commentaire.

      Supprimer