mardi 24 septembre 2013

L'organisation de mes recherches

Pour le second article de ce blog, je vais faire preuve de très peu d'inventivité puisque, comme pour la plupart de mes camarades généablogueurs, il est consacré à l'organisation, #geneathème de ce mois de Septembre, proposé par @gazetteancetres.

Mon esprit scientifique rêve d'une organisation sans faille, où tout serait calibré, balisé, pour une recherche très cartésienne. Mais au final, je suis presque un partisan de la non-organisation, prônée par @genbecle dans son blog. Car la généalogie, c'est aussi le plaisir de se perdre au détour d'un chemin, de parcourir un registre un peu plus longtemps qu'il ne faut ou bien contempler une photo en détaillant chaque visage.

Toutefois, avant de faire un focus sur mon organisation, quelques mots sur ce que je suis et ce que je cherche.

Ce que je suis:

Comme je l'ai brièvement évoqué dans mon premier article, j'ai une activité salariée qui me prend la majorité de mon temps la semaine. Pas de généalogie donc durant la journée avant, au plus tôt, 20h00 le soir, si j'excepte quelques tweets ou quelques visites de forum durant la journée (ne fumant pas, ce sont mes petites "pauses" détente :-) )

Marié, papa de deux garçons au collège, ma généalogie arrive donc logiquement après te temps familial (même si mon épouse me laisse vivre cette passion dévorante).
Comme certains le savent déjà, je participe également activement aux forums liés au logiciel Heredis. Et pour finir, je participe aux dépouillements de registres pour les Côtes d'Armor.

Je dispose donc finalement de peu de temps pour mes propres recherches, qui se font exclusivement en ligne.

Ce que je cherche:

Traitant la généalogie ascendante de mes deux garçons depuis 5 ans (élargie aux frères et soeurs de mes sosas, ainsi que leurs conjoints), j'ai trois branches sur quatre dans les Côtes d'Armor.

Pour ceux qui connaissent la généalogie dans ce département, c'est un véritable bonheur d'avoir ses ancêtres dans le 22. En quelques mois seulement, avec notamment l'outil Corail Net du CG22, mais également l'aide du CGHP, j'ai pu remonter très rapidement les branches de mon arbre. Je pourrais presque dire trop rapidement.
Car débutant en généalogie, je suis monté à toute vitesse sans trop me poser de questions. Et en omettant de noter certains points qui me serviraient bien aujourd'hui.

Pour ma dernière branche, celle d'Auvergne, nouveau coup de chance. Le cousin germain de mon père, ancien professeur d'histoire à Clermont-Ferrand, établit sa généalogie depuis 30 ans. Je profite des fruits de son travail, très bien sourcé.


A ce stade, j'ai trois "projets" en cours:

  1. Remplacer ma source générique "Corail Net" par les actes disponibles sur les AD en ligne (BMS et NMD) -  2 007 événements à sourcer à l'heure où je rédige cet article !
  2. Poursuivre les recherches pour mes bouts de branche (la génération 10 de mes garçons est complète, à l'exception d'un individu)
  3. Transcrire les documents notariés que des cousins ou le Fil d'Ariane m'ont fourni ces derniers mois. Cela veut donc dire me mettre à la paléographie.

Comment je cherche:

Comme tout le monde, j'ai des recherches à faire dans tous les sens. Et c'est là que je rejoins Clément sur son article. Je fais selon mes envies. Je ne suis pas de plan établi, tout en restant dans le cadre des 3 points ci-dessus.

Certains soirs, j'ai envie de choses simples. Je prends donc un individu (les sosa en premier lieu) dans ma source Corail, et je fonce dans la salle virtuelle des AD22. Puis j'élargis à sa parentèle.

Lorsque je dispose de plus de temps (le week-end ou en vacances), je m'attaque aux bouts de branche. Pour cela, j'ai une technique finalement simple. J'utilise pour cela un arbre éventail sur 8 générations au niveau de chacun des 8 AGP de mes garçons (modèle explorateur d'Heredis Mac). Arbre sorti en A3, je visualise assez facilement les bouts de branche à explorer. Mais aussi les branches latérales proches (je précise que mes ancêtres ne bougeaient que très peu).


Arbre éventail Explorateur - Heredis©
En parallèle, j'utilise la note individuelle pour indiquer l'avancement de la recherche. Et surtout les pistes déjà explorées. Car c'est l'inconvénient de cette méthode, le risque d'oubli si on abandonne une piste pendant quelques mois. Et reprendre un registre déjà parcouru un an avant (celui qui n'a jamais commis ce péché me jette la première pierre).
Cette organisation se bouleverse un peu avec l'arrivée d'Heredis 2014 et son nouveau module Recherche. Mais chut en attendant la sortie.


Pour la paléographie, là, je pense qu'il n'y a pas de secret. Je fais comme tous les autres généalogistes. Entrainement, entrainement, entrainement....


Je reviendrais prochainement sur mon organisation informatique, et sur celle de mes fichiers.

Dans un prochain article.

A bientôt !

5 commentaires:

  1. Bonjour et merci pour cet article.
    Notre généalogie est similaire (nous avons même peut être des aïeux en commun...).
    Ma famille est du 22 (Caulnes, Guenroc, Plougonver...) 35 et du 43 (Saint-Hostien, Saint-Julien-du-Pinet...).

    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir,

    Avez vous un arbre en ligne ? Nous pourrions faire des comparaisons.

    Amicalement

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,

    Oui sur Geneanet. http://gw.geneanet.org/yleroux6

    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour
    Idem des aïeux dans le 22 :-) Principalement Louargat, Tregrom (non loin de Bourbriac...), qui ont ensuite migrés dans l'Oise (Borne, Belle-Eglise)
    Sans doute croiserons nous nos ancêtres (j'ai notamment des RANNOU....)
    Amitiés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mes RANNOU sont exclusivement de Bourbriac. Mais qui sait.

      Supprimer