jeudi 31 décembre 2015



Voila 3 ans que ce blog existe, voici donc le moment classique du bilan de fin d'année.

Je m'étais fixé 3 objectifs principaux :

  • La très classique progression dans mon arbre
  • L'étude de certains actes notariés en ma possession
  • Une visite au SHD pour préparer le Challenge AZ 2015

Commençons par la douloureuse, la visite au SHD. Qui n'a pas eu lieu. C'était normalement le point de départ de mon Challenger AZ, auquel, faute de temps, je n'ai finalement pas participé. Et au vu de l'agenda de mon premier semestre (et celui de mon épouse), je pense pouvoir dire dès à présent que je ne participerais pas à l'édition 2016.

Pour l'étude des actes notariés, je suis assez content. En effet, au mois de Juillet dernier, j'ai rédigé trois articles autour d'un compte-rendu de procès suite à une altercation plutôt violente. Document de 1664 que j'ai pu transcrire à 85-90%, ce dont je suis assez fier. Et merci encore à Sophie PUGIN pour les 15% (les plus durs) restant.

Si vous avez raté ces articles, retrouvez le préludeles acteurs, et enfin les réjouissances elles-mêmes.
Un document de 350 ans, où l'on retrouve trois de ses sosas dans les protagonistes, je ne pense pas en retrouver un de sitôt !

Pour ce qui est de l'avancement de ma propre généalogie, le résultat est globalement positif.
Sur le plan purement comptable, le nombre de sosas dans mon fichier est passé de 3 128 à 3 265. Mais écrire cela revient à ne pas dire grand chose.

Jetons plutôt un coup d’œil au tableau ci-dessous :

Tableau d'ascendance de mes deux garçons

J'ai modifié en rouge les générations où ont eu lieu des ajouts durant cette année. Très clairement, ce sont les générations 10 à 15 qui ont évolué.

Et pour expliquer ce fait, je pense que l'objectif G10, que j'ai lancé cet été, m'a grandement aidé. Car lorsqu'un point de blocage est traité en génération 10, il n'est pas rare de progresser quelques générations plus loin dans le temps.

Je vais poursuivre cet objectif l'an prochain, mais les derniers à trouver en génération 10 sont forcément les plus difficiles.


Comme chaque année, mon année généalogique a été complétée par les nombreux tests pour le logiciel Heredis.
Et comme tout cela ne suffisait pas, je me suis lancé également dans l'aventure Un Jour, Un Poilu. Vous pouvez suivre le très modeste avancement sur le bandeau droit du blog.

Pour 2016, je vais être plus mesuré dans mes objectifs.

Bien sur la progression de mon arbre. J'ai encore de très nombreux indices, tant sur Geneanet que sur Heredis Online à traiter. Nul doute que je vais encore trouver de très nombreux Sosa pour garnir mon arbre.

Je vais poursuivre le traitement de certains actes notariés en attente. Le temps de traitement est plus long (transcription oblige), mais quel plaisir de rentrer bien plus loin dans la vie de nos ancêtres que le traitement des classiques registres paroissiaux.
Il me donne de plus de la matière pour la rédaction d'articles pour le blog.

En fil rouge bien sur, je retrouverais le défi 1J1P, ainsi que les tests Heredis. Je compte bien également apporter mon aide sur l'indexation de documents mis en place dans la bibliothèque numérique du Cercle Généalogique et Historique du Poher.

Et j'oubliais que je suivrais probablement l'atelier de paléographie en niveau 2.

A y réfléchir, cela sera aussi chargé que cette année. Mais quand on aime, on ne compte pas.




samedi 26 décembre 2015


Cette année a été particulièrement douloureuse pour le peuple de France puisque cela faisait 70 ans qu'un ennemi déclaré n'avait pas frappé sur notre sol.

Et je me suis fait un drôle de constat, alors que nous abordons les derniers jours de l'année.


2015 a donc démarré dans le sang. Celui des victimes de Charlie Hebdo, de Montrouge et de l'Hyper Cacher. Et moi, comme des millions d'autres, je suis devenu Charlie.
L'émotion a envahi le monde.

Puis, doucement, la vie, comme il est d'usage, a repris son cours. Avec son lot de joie et de peine.

Et la fin d'année a commencé à pointer le bout de son nez. Un mois de novembre bien doux (ah le réchauffement climatique !). Des gens qui sortent sur les terrasses, vont aux spectacles, ou voir un match de foot.

Et alors, à nouveau, l'horreur.
Et comme des millions de français et des centaines de millions de personnes dans le monde, je suis alors devenu Paris.
Cité plusieurs fois millénaires, où j'ai vu le jour il y a 42 ans.

Mais avec toutefois une drôle de sensation, celle que Charlie était curieusement déjà loin. Je m'explique.
Nous vivons dans un monde d'images, diffusées 24/24 - 7/7. Un monde où une information chasse l'autre à la vitesse d'Internet (sûrement plus rapide que l'éclair, même si physiquement, ce n'est pas le cas).
Un monde où mes garçons ne savent plus s'ennuyer car nous devons toujours être en mouvement, dans l'action. A regarder le futur.

Un monde bien étrange donc pour des individus comme nous, les généalogistes, qui passent la majeure partie de leur temps libre à parcourir de vieux registres, à l'écriture passée et parfois illisibles, pour trouver des informations sur des personnes inconnues et disparues il y a des siècles.
Ou à transcrire quasi religieusement les fiches de nos soldats morts pour la France il y a un siècle.

Tout cela part pourtant du même processus. Notre besoin atavique de Mémoire. L'Homme (celui avec un grand H) "domine" aujourd'hui le monde car il a justement la capacité à se souvenir. Et quand cette première condition est remplie, à ne pas reproduire les erreurs du passé. 

Alors continuons ce devoir de mémoire.
....
....
....
....
Au fait, ce soir, je sors en famille à Paris. Un spectacle d'humour et de magie. Rire et rêver, quel beau programme pour une soirée à Paris en 2015 - @eric_antoine

Mais aussi se souvenir. Toujours. Ne l'oublions pas.


samedi 14 novembre 2015


Sur les 26 ancêtres qui me manquent aujourd'hui pour mon objectif, 10 ont été justement trouvés depuis le lancement:


Il y a quelques semaines, je me suis lancé à la recherche des parents de mon seul couple auvergnat: Antoine FOURNIER et Anne BOURDUGE.

De ce couple, je connais peu de chose. Anne BOURDUGE décède le 21 Mai 1769 à Miremont (63) au lieu dit Rochemaux.

Carte de Cassini - Commune de Miremont - Lieu-dit Rochemaux

L'acte de décès précise qu'Anne est âgée de 50 ans environ. Elle serait donc née aux environs de 1720.
Antoine FOURNIER est présent au mariage de sa fille Anne avec Gervais VERGNOL en 1772. Au mariage de son fils Claude avec Marie CHOMETTE en 1785, il est dit décédé.

J'ai parcouru les registres des décès de Miremont, et j'ai probablement trouvé son décès en 1784 sur l'acte suivant dans les archives du Puy de Dôme (en haut page de droite). Je peux y lire le patronyme Fournier, ce que me confirme d'ailleurs la consultation de la série du Greffe.

Acte de décès probable d'Antoine FOURNIER - Miremont - AD Puy de Dôme - 3 E 228 12


De ce couple, j'ai trouvé au moins 3 enfants. Anne, née en 1756, qui épouse Gervais VERGNOL en 1772.
François, né en 1758 et Claude, né en 1761.

Je me suis basé sur un mariage probable sur la commune de Miremont (ou ses environs, car mes ancêtres, bretons comme auvergnats, ne bougeaient quasiment pas) et un peu avant 1756.
Pourtant pas de trace sur Miremont (qui n'a pas de lacune, sauf en 1754). Et Geneabank ne me donne rien non plus alors que les communes avoisinantes semblent bien avoir été dépouillées par le CGHAV (Cercle Généalogique et Héraldique de l'Auvergne et du Velay).

Et c'est à ce stade que je me tourne vers le petit avantage que j'observe entre mes recherches dans le Puy de Dôme, par rapport à celles effectuées dans les Côtes d'Armor: les contrats de mariage.

En effet, autant je n'en ai trouvé aucun à ce jour sur mes recherches bretonnes, autant j'ai une grande série de références à des contrats de mariage dans la généalogie fournie sur ma branche auvergnate pour un cousin germain de mon père.

Le 12 Octobre dernier, j'ai donc effectué une demande au Fil d'Ariane (d'où le titre de cet article) pour partir à la recherche d'un contrat de mariage pour ce couple. En fournissant le nom du notaire de Miremont sur cette période.
J'ai eu dès le lendemain un retour pour la prise en compte de ma demande. Et c'est lundi dernier que j'ai eu le retour, malheureusement négatif sur la recherche entre 1744 et 1756.

C'est toutefois sans compter sur l'esprit d'entraide des bénévoles de l'association.

Car jeudi soir, de retour du bureau, en ouvrant ma boite aux lettres, j'ai eu le grand plaisir d'avoir un nouveau courriel m'indiquant qu'un contrat de mariage existait bien pour ce couple, et qu'il avait été trouvé sur la commune de Landogne (qui se trouve juste en dessous de Rochemaux sur la carte de Cassini ci-dessus) chez Maitre Maignol en date du 16 Janvier 1755.

Me voila avec du travail de transcription à réaliser ce week-end, mais une première lecture m'a déjà donné les informations recherchées.
Antoine est le fils de François FOURNIER et feue Claire DUGOURD. Mieux, on lit plus loin qu'est également présent Antoine FOURNIER, père de François et aieul du futur.
Les parents d'Anne BOURDUGE ne sont pas cités, mais elle est dite veuve de Jean CHEFDEVILLE.
Et qu'un contrat de mariage a été également réalisé pour ce mariage en 1746.
Un petit tour sur les archives en ligne en 1746 sur la commune de Miremont me permet de trouver l'acte de mariage de ce couple, avec la filiation d'Anne: Annet BOURDUGE et Gabrielle GRANGE.

Voila de nouvelles pistes à explorer, des actes à retrouver, surement plusieurs heures de travail, grâce au travail des bénévoles de l'association du Fil d'Ariane. Encore merci à eux, avec une mention particulière pour Marcelle BEFFARA, qui m'a déjà trouvé tant d'actes notariés sur le Puy de Dôme.


Ajout du rédacteur le 14 Novembre 2015:
Cet article a été rédigé hier soir entre 20h30 et 22h30, à l'heure où les attentats avaient lieu à Paris.
Après avoir programmé la publication pour ce jour à midi, j'ai découvert l'horreur de ce qu'il se passait dans la ville où je suis né.
Mon premier réflexe a été de différer ma publication, mais je vais finalement laisser l'article comme il était prévu. Le sujet est bien loin de nos préoccupations de ce jour, mais à l'heure où beaucoup cherchent encore leurs proches, le devoir de mémoire, que véhiculent les généalogistes, a au contraire un écho puissant dans l'actualité. 
Souvenons nous des leçons de notre histoire (Histoire). La France, unie dans la douleur, a toujours su ressortir plus forte.



mardi 20 octobre 2015


Je me doutais bien que j'allais finir par craquer un jour. Et c'est fait depuis samedi.

Que s'est il donc passé samedi dernier ? Et bien, ceux qui ont passé le week-end en dehors de la twittosphère ont raté deux choses:
  • La lecture d'un excellent article de Sacrés Ancêtres
  • Les Matins Malins consacrés au site Mémoire des Hommes et au défi 1 Jour - 1 Poilu

Mais rassurez vous, vous pouvez toujours lire l'article de Thomas sur son blog, et revivre les matins malins en suivant le Storify créé par Thierry Garel.

J'ai participé samedi matin au Matin Malin de la rentrée généalogique qui se tenait aux Archives de Paris.
Excellente présentation du site Mémoires des Hommes, par Sandrine AUFFRAY, du SHD.
Tout le monde connait la base des Morts Pour La France, mais ce site, amené à devenir un véritable portail recèle de nombreux trésors, qui va s'enrichir dans les prochains mois.

Et puis est arrivé le tour de la présentation de Jean-Michel GILOT, pour le défi 1 Jour - 1 Poilu.

Pour ceux qui auraient réellement déserté les réseaux sociaux sur le thème de la généalogie depuis un an ou deux, Jean-Michel a lancé en 2013 le projet 1 Jour - 1 Poilu, visant à donner un élan à la campagne d'indexation des soldats Morts Pour La France de la Première Guerre Mondiale.
Avec un constat simple: il suffirait de moins d'un milliers d'indexeur, traitant juste une fiche chaque jour jusqu'au 11 Novembre 2018 pour que l'ensemble des 1 350 000 soldats de la base soit indexé.

Je me suis donc inscrit dès le samedi après-midi sur le site Mémoire des Hommes. Et j'ai démarré hier soir l'indexation de la commune de Pont-Melvez, l'une des 3 communes bretonnes les plus cités dans mon arbre. Viendront ensuite Bourbriac et Gurunhuel pour la Bretagne. Je m'attaquerais ensuite aux 3 communes les plus cités pour le Puy de Dôme.

Entre le 17 Octobre 2015 et le 11 Novembre 2018, je compte 1 121 jours. Mon premier objectif sera donc simple: faire au moins un de plus.
Le second objectif, qui est celui du projet: enrôler d'autres indexeurs. Même s'ils ne dépouillent qu'une fiche, c'est autant de travail en moins. Alors, n'hésitez pas un seul instant. Ce n'est pas compliqué et cela ne prend que le temps que l'on veut bien y consacrer.

Et comme il me faut toujours un tableau pour me rappeler de mes objectifs, je publierais désormais une courbe d'avancement que vous pourrez suivre au mois le mois jusqu'à la fin des commémorations 14-18.

Courbe d'Avancement - Indexation personnelle

Pour faire un clin d'oeil à l'article de Sacrés Ancêtres qui m'a beaucoup amusé, je terminerais par une devise que je devrais faire mienne: "Entraide, je connais ton nom".

Telle devrait être ma devise, car un généalogiste branchouille est forcément altruiste, et le fait savoir.


Pour aller plus loin:
Le site Twitter de 1J1P: https://twitter.com/1j1poilu
Le site Facebook de 1J1P: https://www.facebook.com/1jour1poilu

 

vendredi 9 octobre 2015


BSD Concept, éditeur du logiciel Heredis, sort aujourd'hui une nouvelle fonctionnalité des Services +, accessible avec Heredis Online.

Vous connaissez surement déjà les indices d'ascendance. Sur la base des généalogies publiées sur Online, Heredis propose de potentiels parents de vos ancêtres Sosa, absents de votre généalogie.


Indice Ascendance Heredis - Couple Tugdual VAIS - Jeanne PHILIPPE

Dans l'exemple ci-dessus, on peut voir qu'un généalogiste dont le pseudo est Lude possède un couple parent de Jeanne PHILIPPE, que je n'ai pas dans ma généalogie.
Je peux alors décider d'importer ces éléments directement dans mon fichier depuis Heredis, ce qui aura pour effet de créer les parents de Jeanne PHILIPPE, avec les événements associés. Une note est également ajoutée indiquant l'import, la date et la provenance de l'indice.
Au même moment, un courriel est envoyé au généalogiste, indiquant que j'ai importé des informations depuis sa généalogie et qu'un cousinage est dès lors possible entre nous.

Après, vient le temps de la recherche des informations en ligne pour ajouter les actes dans son fichier si on le souhaite (ce que je fais).
Une alternative est bien entendu de ne pas importer l'indice, et de chercher directement les informations en ligne, comme on peut le faire sur d'autres sites généalogiques.

Depuis la sortie de ces indices, j'en reçois très régulièrement de nouveaux, ma généalogie étant encore jeune. Et c'est d'ailleurs l'un des reproches qui a été fait à ces indices lors de leurs sorties. Pour les généalogistes dont l'arbre a débuté il y a plusieurs décennies, les indices d'ascendance se font beaucoup plus rares.
C'est une fonction qui existe dans beaucoup d'autres bases, au premier rang desquelles Geneanet qui me renvoie également chaque semaine mon lot d'ancêtres potentiels, mais sans option d'import.

Un nouveau type d'indice fait donc son apparition aujourd'hui, et ils sont inclus dans les Services + existants : l'indice de complétion.

Cette fois-ci, Heredis ne propose pas des parents sur nos ancêtres Sosas, mais de compléter des informations manquantes sur les sosas déjà présents dans notre fichier (ainsi que pour des conjoints de sosa, qui ne seraient pas sosa eux-mêmes).

Voici ce que cela donne en image:

Indice de complétion Heredis - Couple Guillaume NEDELEC - Louise GUILLOU
Comme on peut le voir sur la partie gauche, j'ai peu d'informations sur le couple en question, puisque je n'ai que leur acte de mariage, duquel j'ai déduit leur lieu de naissance. Acte filiatif puisque les parents sont présents dans mon fichier.

Au contraire, le généalogiste jldetmmn possède dans sa base les dates et lieux de naissance, et de décès pour Guillaume NEDELEC. Ainsi que les date et lieu de naissance de Louise GUILLOU. Ainsi qu'une date estimée pour son décès.

A partir de là, les mêmes options que pour l'indice d'ascendance s'offrent au généalogiste. L'import de ces données, avec le même effet que pour l'indice d'ascendance décrit plus haut.
La suppression de l'indice si celui-ci ne convient pas.
Une fois ouvert, l'indice restera à traiter. Mais en étant lu, Heredis en délivrera au moins un nouveau le jour d'après.
En cas de fausse manipulation, l'historique est toujours présent pour revenir sur un indice.

BSD a également profité de cette mise à jour pour revoir l'usage de cette fenêtre. Auparavant, deux actions seulement étaient possibles.
Un clic sur l'individu de gauche (ici Guillaume NEDELEC) pour qu'Heredis affiche cet individu dans le logiciel.
Un clic sur le lien vers la généalogie en ligne du généalogiste ayant fourni l'indice (sur ma copie d'écran, en haut à droite, il s'agit de l'hyperlien en rose jldetmmn) qui ouvre cette généalogie en ligne sur la page de Guillaume NEDELEC.

Désormais, il est possible de cliquer, à droite comme à gauche sur les deux conjoints.
A gauche, cela positionne Heredis sur la fiche du conjoint.
A droite, cela ouvre la généalogie en ligne directement sur le conjoint.
C'est bien pratique à l'usage quand on analyse plus finement les indices.


Comme je l'ai précisé ci-dessus, ma généalogie est encore jeune et j'ai encore beaucoup de lacunes, simplement sur les actes BMS et NMD de mes sosas. J'ai donc de très nombreux retours de la part de ces Services + (que je teste depuis quelques semaines déjà).

Pour l'avenir, j'ai principalement deux souhaits concernant Heredis Online et les Services +:

- Permettre l'import de données depuis un gedcom, pour les non utilisateurs d'Heredis, mais qu'ils puissent profiter aussi des Services +. Cela permettra de faire grossir la base, encore un peu jeune. Même si les bases plus grosses le sont aussi en raison des innombrables copies qui s'y retrouvent.

- Créer un nouveau type d'indice: l'indice de fratrie en proposant les frères et soeurs de nos sosas. En effet, on retrouve bien souvent ces frères et sœurs en tant que témoins de mariage ou de décès, parrain / marraine lors des baptêmes, ce qui permet bien souvent d'ouvrir des pistes lorsque l'on cherche à remonter une branche.

Et vous, pensez-vous vous laisser tenter par ces Services + ? Et que souhaiteriez-vous y trouver ?




samedi 26 septembre 2015


Nouvel article sur mon objectif G10, et voici le temps de jeter un œil sur le couple Maurice LE MEUR et Marie Anne THEPAULT.


A la base, je connais peu de chose de ce couple. Je suis arrivé jusqu'à eux en remontant l'ascendance de ma belle-mère jusqu'à Pierre LE MEUR, fils de Maurice et Marie Anne, qui épouse en premières noces Marguerite Angélique COTTON, en 1796 à Plougonver (Côtes d'Armor).

Mariage Pierre LE MEUR et Marguerite COTTON - AD Côtes d'Armor - 5 Mi EC 1194

Malheureusement pour moi, Maurice et son épouse Marie Anne sont décédés à cette date.Et le second mariage de Pierre avec Anne LELIAS (sosa 251) en 1801 ne me donne pas plus d'indice

Premier réflexe, comme pour mes autres ancêtres G10: lancement d'une recherche Internet via Heredis sur les bases Geneanet et Heredis Online.
Malheureusement pour moi, échec des deux cotés: aucun résultat sur la requête.
Même en élargissant aux variantes et à l'ensemble du département.

Qu'à cela ne tienne, je tente une troisième option, toujours à partir du module Recherches d'Heredis: l'accès vers la base indexée du Centre Généalogique des Côtes d'Armor: Corail Net (pour les abonnés au CG22 et ici pour les non abonnés).

En effet, lors de la sortie de ce module d'Heredis, j'avais sollicité le CG22 afin d'étudier avec eux la possibilité d'utiliser les critères de recherche d'Heredis pour "attaquer" la base de données de Corail Net.
A cet effet, 4 requêtes ont été créées et elles sont librement utilisables dans Heredis (Naissance / Décès / Mariage et recherche sur un couple).

Module Recherche Heredis - Requête CG22 Couple

Une seule adaptation à faire lorsqu'une recherche de type Couple est lancée, c'est sur l'arrondissement de la commune qu'il faut chercher et non la commune elle-même. Je remplace donc la ville de Pestivien par GUINGAMP.

Une fois la requête lancée, la réponse est rapide: 14 résultats où le couple en question est indiqué.

Corail Net - Recherche par Couple - CG22

Dont le mariage du couple en 1753 dans le canton de Callac.
On y trouve également leurs deux décès, les naissances de certains de leurs enfants, ainsi que les Bans et Mariages de ceux-ci.


Adhérent du CG22, j'ai utilisé mes points Geneabank pour prendre les informations listées ci-dessus. Et coup de chance pour moi, le mariage, que je retrouve facilement dans la Salle Virtuelle des AD 22, est filiatif, mais toutefois avec une petite bizarrerie.

1753 - Mariage Maurice LE MEUR et Marie Anne THEPAULT - AD22 - 5 Mi 27

Les parents de Maurice sont Hervé LE MEUR et Françoise MORVAN. Cette dernière étant décédée.

Les parents de Marie Anne sont Maitre Nicolas THEPAULT, décédé et Marie Julienne THEPAULT.
Même patronyme pour les parents. Peu commun, mais ce n'est pas rare dans ma généalogie.

Lisons de plus près cet acte:



Lan mil sept cent cinquante trois le vingt sixieme jour de

fevrier apres les fiancailles faites en face d’eglise et les trois publications

de bans dans les temps prescrits comme il conste par les registres

de cette eglise ne sy estant trouvé aucun empechement, je soussigné

Prêtre recteur de la parroisse de Pestivien ayant interrogé dans

cette eglise paroissiale Morice le meur fils de hervé et de deffuncte

francoise morvan, et marie thepault fille mineure de deffunct maitre

Nicolas thepault et de marie julienne thepault mais decretée de justice

A leffet de contract en mariage par les juges de la juridiction de

Pestivien, les deux de cette parroisse et recu leur mutuel consentement

par paroles de present, les ay solennellement conjoints en mariage

en presence dudit hervé le meur père dudit morice lepousé, de bernard

Le meur son frere et pierre le Garsmeur tous pris pour temoins qui

ont declarez ne scavoir avec laditte marie julienne thomas mere de la

ditte marie thepault espousée qui a signez, et ay ensuite celebré la sainte

messe dans laquelle je leur ay donné la benediction nuptiale selon la

forme et ceremonies observées par notre mere la Sainte Eglise


J'ai souligné en rouge la mention importante de cette fin d'acte de mariage. La mère de Marie Anne ne se nomme pas THEPAULT comme écrit plus haut, mais bien THOMAS.

Voila donc bien mes 4 nouveaux ancêtres à la génération 10, fournis très simplement grâce au remarquable travail des bénévoles du CG22, qui sont appelés amicalement fourmis. D'où le titre de mon article.
Ayant largement profité de ces mines d'informations, j'ai participé à mon tour au travail minutieux et de patience des fourmis en indexant l'état-civil de la petite commune de Kerpert et en dépouillant la classe 1875 du bureau de Guingamp pour les registres matricules.


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour ceux qui sont intéressés par les requêtes mentionnées plus haut et exécutables directement depuis Heredis, vous retrouverez un message sur le forum Heredis où j'avais ajouté un mode opératoire au format PDF. Ou bien contactez moi par l'intermédiaire du blog.

Et si vous ne faites aucune recherche sur les Côtes d'Armor, les cercles généalogiques auxquels vous adhérez ont peut-être ce genre de base de données. Et ils accepteront peut-être d'en mettre une à l'intention de leurs adhérents. N'hésitez pas à leur poser la question.


mercredi 16 septembre 2015


Après une première recherche fructueuse pour le couple Guillaume HAMON / Marie Catherine GOURIOU, je m'attaque à l'ascendance d'un autre couple, Guy LE CORRE et Françoise LEON.


De ce couple, je connais 9 de leurs enfants, dont Jeanne Marie, Sosa n°209 de mes garçons.
Guy et Françoise se sont mariés le 10 octobre 1747 à Plouaret, petite commune des Côtes d'Armor.

Plouaret - Côtes d'Armor - Cartes de Cassini

 Malheureusement, l'acte de mariage n'est filiatif pour aucun des deux époux.
Guy LE CORRE est décédé le 14 Novembre 1782. Sont présents à l'inhumation sa femme Françoise LEON, ainsi que Jean Marie, Louis et Pierre, trois de ses fils. Guy est dit âgé de 63 ans sur l'acte.

En cherchant une naissance sur Plouaret aux alentours de 1720, on trouve les parents de Guy, Jan et Catherine LE MOAL. Guy est d'ailleurs présent au décès de sa mère en 1758.

Problème pour Françoise LEON, en appliquant la même méthode et en lancant une recherche sur l'indexation du CG22, j'ai deux naissances d'une Françoise LEON. La première en 1724 et la seconde en 1729. Avec des parents différents. Laquelle choisir ?

Prochaine étape, une technique bien connue par les généalogistes: partir à la recherche des décès des 4 parents en espérant trouver un individu présent qui permettrait de faire le lien.

Mais des généanautes ont peut-être déjà trouvé ce couple ? Cela permet toujours de gagner un peu de temps. Et que cela soit sur Geneanet, comme sur Heredis Online, la réponse est unanime (sauf sur une publication), Françoise serait née en 1724, de Louis LEON et Jeanne MENOU.

Et en effet, cette dernière décède en 1751 à Plouaret, comme l'indique son acte de décès

1751 - D - Jeanne MENOU - AD22 - 5 Mi 322

jeanne menou agée de cinquante cinq ans mourt
dans la frairie du bourg munie de ses sacrements
le quatorzieme avril mil sept cent cent cinquante
un et son corps fut le jour suivant inhumé en
leglise de plouaret par le soussignant recteur
en presence de Louis leon son mari de guy le
corre d'yves le dantec de jean le coz et de 
plusieurs autres qui ne scavent signer
y.Bellec recteur de plouaret


L'affaire semble faite. Guy LE CORRE, son gendre est présent au décès de Jeanne. La confirmation est donnée sur l'acte de décès en 1768, de son mari Louis LEON.

1768 - D - Louis LEON - AD22 - 5 Mi 322

Louis Léon veuf de jeanne Ménou agé de
soixante dix ans mort le dix huit may mil
sept cent soixante huit a été le lendemain inhumé
dans le cimetiere de plouaret par le soussigné curé, en présence
de françoise, jeanne, julienne Léon ses filles, Guy, Louis, jean
Le Corre qui ont déclaré ne savoir signer       
R.j.Geffroy curé de plouaret

Avec cette méthode simple, ainsi que l'aide de l'indexation du CG22 et les bases en ligne, j'ai pu trouver les 2 prochains ancêtres de mon objectif G10. Dont vous pouvez suivre l'avancement à présent dans le bandeau de mon blog.

Avancement Objectif G10


vendredi 4 septembre 2015


Premier billet sur mon objectif G10, un billet déjà positif.

Dans le courant de la semaine dernière, j'ai préparé rapidement mes recherches, en ajoutant chacun des ancêtres, dont j'ignorais l'ascendance, dans la liste de mes favoris sur Heredis.

Palette Favoris - Heredis 2015



Premier réflexe désormais immédiat sur Heredis, je lance une recherche sur mes deux bases en ligne favorites (car j'y dispose d'un abonnement): Geneanet et Heredis Online

Pour cela, rien de plus simple, je bascule sur le menu Recherche

Module Recherche - Heredis 2015


J'y retrouve la ligne de vie de l'individu que je consulte et je peux paramétrer la recherche Internet que je souhaite lancer.

Dans la copie d'écran ci-dessus, il s'agit d'une recherche Geneanet Premium FR, puisque je dispose d'un abonnement me permettant de lancer ma recherche avec plus de critères.
Je lance également mes recherches sur la base Heredis Online avec les Services +, auquel j'ai également accès.

Et cette première recherche a déjà porté ses premiers fruits pour le couple Guillaume HAMON / Marie Catherine GOURIOU. En effet, Geneanet me propose d'aller jeter un oeil sur l'arbre en ligne de Lydie BLONDEL WEISBECK (lypoldel) utilisatrice que j'ai déjà eu l'occasion de croiser durant mes recherches sur mes racines bretonnes.
 
Arbre Lyopold - Marie Catherine GOURIOU - Geneanet©

Les parents du couple n'étant pas nommés sur l'acte de mariage, c'est donc la descendance de ce couple, et la présence des frères et sœurs au baptême des enfants de Marie Catherine qui permet de faire le lien entre Marie Catherine et ses parents.

Notamment son frère Jean Malo GOURIOU, parrain de Jean Malo HAMON, mais aussi Jacquette et Françoise.
Une ascendance pour Christophe GOURIOU (le père de Marie Catherine) est donnée, mais malheureusement il me semble avoir décelé une erreur que j'ai signalé en début de semaine à la fois à Lydie, mais aussi à un autre généalogiste qui a également cette ascendance dans Heredis Online (j'ai eu un indice apparu le lendemain de l'insertion des parents de Marie Catherine dans mon fichier). J'attends un retour.

Une ascendance est également donnée pour Clémence LOHOU, que je n'ai pas encore analysé.


Je suis en train de vérifier l'ascendance de Guillaume HAMON, mais cela me prend un peu plus de temps.

Me voila en tout cas déjà avec mes deux premiers ancêtres G10 retrouvés. La recherche continue.


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ajout du 7 Septembre 2015

Je viens de finaliser mes recherches sur les parents de Guillaume HAMON. Voici les informations que je viens d'ajouter l'onglet Recherche de la note d'Heredis pour cet individu:

"Le lien entre Guillaume HAMON et ses parents se fait au travers des témoins lors des différents événements.

Certains de ses frères et sœurs sont parrains ou marraines de ses enfants, comme au baptême de Magdelaine HAMON, sa première fille où sont parrain et marraine: Pierre et Magdelaine HAMON

De plus, à son mariage avec Marie Catherine GOURIOU, on retrouve Rolland et Joseph TANEAU (ou TANAO). Qui sont également parrains lors des baptêmes des frères et sœurs de Guillaume (un Rolland TANAO est parrain de Magdelaine HAMON, sœur de Guillaume).

Au décès de sa mère Marie THOMAS (en 1722), sont présents Rolland et François TANAO, ainsi qu'Olivier BELLEOEIL, qui doit être le parrain de Louise HAMON, sœur de Guillaume, née en 1718.

La dernière fille du couple Guillaume HAMON - Marie Catherine GOURIOU, Marguerite, aura pour parrain et marraine Laurent TANAO et Marguerite  BELLEOEIL."


Voici donc bien mes 4 premiers ancêtres G10 trouvés.

samedi 22 août 2015



Un tweet de Frédéric Pontoizeau à l’occasion de la sortie des arbres éventails sur Geneanet, et dont j’ai pris connaissance uniquement au mois d’Aout m’a donné une idée pour agrémenter mes recherches jusqu’à la fin de cette année.



Pour cela, j’ai sorti l’arbre éventail de l’un de mes deux garçons. Sous Heredis Mac, car j’ai petit faible pour le modèle Explorateur, qui n’existe malheureusement pas sous PC.
Arbre éventail explorateur - Heredis 2015 - Archives personnelles

J’apprécie tout particulièrement ce type d’arbre, car il permet, en un coup d’œil rapide, de visualiser les ancêtres manquants sur un nombre important de générations.

Bilan pour mes recherches:
  • Les générations 1 à 8 sont complètes (Frédéric a de l'avance !)
  • Un ancêtre manquant sur la génération 9
  • Et 26 pour la génération 10
Information que l’on retrouve également de manière tabulaire sous Heredis PC

Statistiques Ascendance - Heredis 2015 - Archives personnelles

En voici donc l’état des lieux :

Pour l’individu manquant à la génération 9, cela démarre déjà assez mal, vu qu’il s’agit de mon épine généalogique déclarée, à savoir la mère de François LE HEUR

Et bien évidemment, ne connaissant pas la mère de François à la génération 9, je ne peux pas en connaitre les parents. Voilà donc déjà 2 ancêtres G10 manquants.

Jetons un œil aux 24 autres.

Les quatre premiers (dans l’ordre de la numérotation Sosa) sont les parents du couple Antoine FOURNIER et Anne BOURDUGE, Sosas n°292 et 293

Le suivant restera probablement une voie sans issue. En effet, Mathurin THORAVAL, sosa n°352, est le fils illégitime de Mathurine THORAVAL, qui lui a donné naissance en 1740 à Kerpert (Côtes d’Armor).

Viennent ensuite les parents de François LE HEUR, père d’autre François. Et oui, mon épine ci-dessus. Voila donc 2 ancêtres en G10 à trouver, en plus des parents de sa mère inconnue.

Me manquent également les parents de Marie GUILLOU, sosa n°373.

Des parents de François CADIOU (n°390), je ne connais que le père, Jacques.

Les parents du couple Guillaume HAMON (412) et Marie GOURIOU (413) sont également absents de mon fichier. Tout comme ceux des couples Yves COATANTIEC (456) / Marguerite THORAVAL (457) et Maurice LE MEUR (500) / Marie Anne THEPAULT (501).

Enfin, les parents de Françoise LEON (419) ne répondent pas à mon dernier recensement.

La cible est donc claire pour les 4 mois à venir : repartir des lignes de vie à ma disposition pour chacun de ces ancêtres et essayer de combler un maximum de cases vides sur l’arbre ci-dessus. 
Cela me donnera, par la même occasion de rédiger quelques billets d’ici la fin d’année.

Ainsi démarre mon OBJECTIF G10 . Librement adaptable par qui le souhaite en le modifiant en fonction de l’avancement de ces recherches, tant sur la génération à étudier, que sur le temps imparti aux recherches (mais il vaut mieux un temps court)

J'indique ci-dessous la liste des ancêtres en G10 à trouver. Rendez-vous à la fin du mois de Décembre pour le bilan


N° SOSA
G9
G10
Commentaires
292
Antoine FOURNIER
François FOURNIER

292
Antoine FOURNIER
Claire DUGOURD

293
Anne BOURDUGE
Annet BOURDUGE

293
Anne BOURDUGE
Gabriele GRANGE

352
Mathurin THORAVAL
Mathurine THORAVAL
Fils illégitime
352
Mathurin THORAVAL


364
François LE HEUR père


364
François LE HEUR père


365
Mère de François LE HEUR fils


365
Mère de François LE HEUR fils


373
Marie GUILLOU


373
Marie GUILLOU


390
François CADIOU
Jacques CADIOU

390
François CADIOU


412
Guillaume HAMON
Pierre HAMON

412
Guillaume HAMON
Marie THOMAS

413
Marie GOURIOU
Christophe GOURIOU

413
Marie GOURIOU
Clémence LOHOU

419
Françoise LEON
Louis LEON

419
Françoise LEON
Jeanne MENOU

456
Yves COATANTIEC


456
Yves COATANTIEC


457
Marguerite THORAVAL


457
Marguerite THORAVAL


500
Maurice LE MEUR
Hervé LE MEUR

500
Maurice LE MEUR
Françoise MORVAN

501
Marie Anne THEPAUT
Nicolas THEPAULT

501
Marie Anne THEPAUT
Marie Julienne THOMAS


Subscribe to RSS Feed Follow me on Twitter!